Soutenez-nous :

L'IVG 

Ce n'est pas un acte anodin. Médicalement et psychologiquement, l’IVG (interruption volontaire de la grossesse) comporte des risques qui peuvent apparaitre rapidement ou avec le temps. C’est la raison pour laquelle :

·         les procédures sont juridiquement et médicalement très encadrées,
·         seuls les centres médicaux agréés peuvent en pratiquer (nous consulter)
·         un entretien psychosocial doit être proposé lors de la première consultation médicale  avant ivg (art. L2212-4 du code la santé). Il est obligatoire pour les mineures.
·         Le médecin  doit  informer la femme des différents risques de l’ivg (art. L-2212-3 du code de la santé- la loi et la réglementation de  l'IVG en France). 

La décision de faire ou non une IVG repose uniquement sur la femme. Le médecin a enfin l’obligation de vérifier qu’elle ne subit pas de pressions qui la conduirait à faire un avortement sous contrainte. Jusqu’à présent (au 15 janvier 2016), un délai de réflexion obligatoire de 7 jours avant la seconde consultation devait être respecté par le médecin afin que la femme puisse prendre une décision après réflexion et éviter une situation difficile à vivre par la suite car l'IVG peut être faite dans la précipitation ou sous la pression d'un tiers. De nombreux témoignages en attestent. La loi doit changer à ce sujet et supprimer le delai de 7 jours mais elle n'a pas été encore promulgée au JO. Le délai légal de l’Ivg est de 12 semaines de grossesses maximum. Mais certains centres ou hôpitaux n’ayant pas le personnel pour cela ou ne voulant pas prendre de risques ne dépassent pas les 10 semaines… 

L’ivg peut se pratiquer de deux façons :

L'IVG médicamenteuse 

Elle est soumise à une procédure assez stricte : 

  1. Lors d'une première consultation, la femme est informée sur les différentes méthodes d'IVG, leurs risques ou contre-indications (par ex : un âge supérieur à 35 ans ou un tabagisme expose à des risques cardio-vasculaires). Puis elle exprime son consentement de mettre un terme à la grossesse par IVG.

  2. Le médecin doit réaliser un examen clinique et prescrire une prise de sang afin de confirmer la grossesse et la dater avec précision.  Il faut aussi détecter une éventuelle grossesse extra-utérine, contre-indication pour l'IVG médicamenteuse.

  3. Le médecin remet un livret sur l'IVG et les ordonnances nécessaires.

  4. Le jour de l'IVG, la mifépristone (ou RU 468) est administrée (généralement de 600 mg) par voie orale.

  5. Environ deux jours plus tard, la femme doit prendre du misoprostol, par voie orale, en principe devant le médecin ou une infirmière qui s’assure de la prise. L'expulsion de l'embryon peut se produire plusieurs heures après.

  6. Une visite de contrôle doit être programmée entre 2 et 3 semaines après l’IVG médicamenteuse.

L’ivg par aspiration ou chirurgicale    

L'IVG chirurgicale est pratiquée en établissement de santé. Elle a lieu sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale.

La mise sous antibiotiques est habituelle pour diminuer les éventuelles complications infectieuses.La principale méthode chirurgicale utilisée en France consiste à aspirer l'embryon à l'aide d'une canule introduite dans l'utérus. L’ivg par aspiration nécessite une dilatation préalable du col de l'utérus, dilatation douloureuse et nécessitant donc une anesthésie qui peut, être, locale ou générale. Le curetage (plus précisément « dilatation et curetage ») est une autre méthode chirurgicale, assez fréquente après 10 semaines de grossesse, qui nécessite l’usage d’une curette. L'utilisation conjointe de mifépristone ou de misoprostol permet de ramollir le col utérin pour faciliter l'ouverture et la dilatation.

 

Notre mission est de vous aider dans votre réflexion pour que vous ne fassiez pas un choix précipité et pour répondre à toutes vos questions et interrogations.

Qui sommes-nous ?

 un organisme associatif, ouvert  tous les jours 7j/7 y compris le dimanche répondant de manière totalement gratuite et anonyme.

une équipe pluridisciplinaire de plus de 15 écoutantes (Adeline, Flo, Claire, Judith, Karima, etc ...), compétentes et prêtes à vous aider en fonction de votre situation.

un numéro de téléphone unique (0.800.202.205) pour un service disponible sur tout le territoire français. 

Au C.D.M.A. nous vous proposons :

une écoute strictement gratuite et anonyme pour vous apporter un soutien en toute discrétion y compris aupres des mineurs.
 

un accompagnement : orientation, conseils, et aides aux démarches administratives.

des conseils spécialisés sur l'IVG toujours par téléphone en cas de besoin de la part de médecins, de psychologues, de juristes ou d’assistantes sociales affiliés à notre réseau. Nous pouvons vous orienter aussi vers un établissement proche de chez vous.

Nous privilégions le contact personnel et téléphonique en toute discrétion afin de mieux répondre à votre demande

 Pour télécharger notre plaquette, cliquez ici : recto | verso