Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

L'avortement et la fragilisation de la femme

L'avortement et la fragilisation de la femme

L'avortement et la fragilisation de la femme


Certains auteurs soutiennent que l'IVG  n'a aucune incidence sur la femme. Ils disent que les enfants non correctement "programmés" empêchent les femmes de poursuivre leurs études et sont responsables de pertes d'opportunités dans une carrière. L'IVG permettrait aux femmes de contrôler leur vie, d’accomplir leurs projets, et, finalement, d'améliorer leur statut socio-économique. Cette attitude présuppose que la naissance d'un enfant « non planifié » ait toujours un effet négatif sur la vie des femmes et, que l'avortement lui-même ait un effet au moins « neutre ».
Des données sociologiques récentes montrent le contraire. Thomas Strahan, un chercheur de « Association of Interdisciplinary Research » (Association de Recherche Interdisciplinaire) a récemment examiné plus de 26 études concernant l'impact de l'avortement sur la situation socio-économique des femmes aux USA (1).
 
Ces études montrent que les femmes ayant avorté présentent plus de risque de souffrir de problèmes émotionnels et psychologiques qui peuvent les gêner pour prendre de bonnes décisions et interagir avec les autres, réduisant ainsi leur niveau de compétences professionnelles et les opportunités d'emploi. Elles sont plus susceptibles de s'adonner à l'alcool ou être d'être dépendantes de substance médicamenteuse ou de même de drogue, souvent comme un moyen d'"engourdissement" des sentiments négatifs qu’elles éprouvent suite à l'IVG. Ce qui peut affecter leur efficacité dans leur travail professionnel et peut inhiber leur capacité à développer des relations sentimentales constructives.


Les études montrent que paradoxalement ces femmes sont plus susceptibles d'être à nouveau enceintes et d'avoir à nouveau recours à l'IVG. En effet, près de 50% de tous les avortements aux USA sont des IVG répétés car les femmes ayant avorté désirent souvent un bébé pour "remplacer" l'enfant disparu et se trouvent confrontées aux mêmes pressions sociales qui ont conduit au premier avortement.

Les femmes ayant fait une IVG  plusieurs fois ont tendance à avoir un nombre croissant de problèmes de santé et de troubles psychologiques, ce qui augmente la probabilité d'avoir recours aux aides médicales ou sociales. Elles ont parfois plus de difficulté à établir une relation durable avec un partenaire masculin. Elles sont plus susceptibles de ne pas se marier, de divorcer, et de passer par une longue série de relations sans lendemain. Cette difficulté à former une «famille nucléaire» réduit le revenu des ménages et augmente la probabilité que la femme et ses enfants aient besoin d'aides sociales.

Elles restent toutefois désireuses d'avoir des enfants "plus tard" et de mener à terme une ou plusieurs grossesses. Cela signifie que beaucoup  de femmes ayant avorté finissent par rester célibataires ou séparées, ce qu'elles voulaient éviter quand elles ont subi leur premier avortement.

Enfin, toujours aux USA, les adolescentes qui ont subi un IVG sont 4 fois plus susceptibles d'y recourir à nouveau ultérieurement. Près de 20% des adolescentes ayant avorté au moins un fois avortent une seconde fois dans l'année, et 38% dans les 5 ans.

 

Ces études amènent Strahan à conclure que "l'utilisation répétée de l'avortement ne semble pas conduire à la prospérité économique ou au bien-être social, mais à une fragilisation de la femme". Devant cette thèse, il est difficile de dire que l'avortement  contribue à émanciper les femmes. Cela ne les rend pas plus riches ou plus heureuses… Pourtant, l'avortement continue à être trop présenté dans les médias comme "LA solution"   pour la femme. C'est devenu un symbole politique important qui masque les vrais problèmes. Peut-être est-il temps de se soucier moins de la symbolique mais plus de la réalité…
  

1. Strahan, "Women Increasingly Receive Public Assistance as Abortion is Repeated," Association for Inter-disciplinary Research in Values and Social Change Newsletter, 4(2):3-7 1991,  The Storer Foundation, Att: Marie Hagan, 419 7th St. NW, Ste. 500, Washington, DC 20004.